Sermaco : tri et valorisation de déchets

La société SERMACO est implantée à La Ricamarie, à côté de St Etienne (42). Elle intervient sur le tri et la valorisation des déchets, et plus précisément sur les activités suivantes :

  • Tri des DIB (Déchets industriels banals) ;
  • Tri des déchets du bâtiment ;
  • Tri et emballage de papiers / cartons (site agréé Eco Emballage) ;
  • Broyage-déchiquetage de biomasse (bois et déchets verts) ;
  • Fabrication de combustibles solides de récupération (CSR) issus de déchets ultimes.

Près de 100 000 tonnes de déchets sont traitées annuellement.

Compte tenu de ses activités, l’entreprise est soumise à la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement. Elle dispose d’un arrêté préfectoral d’autorisation.

Nécessité de faire un porter à connaissance ICPE

Récemment, l’activité de Sermaco a connu plusieurs modifications : extension du site, mise en œuvre d’un nouveau procédé destiné à limiter la dispersion de poussières, ajout d’une déchèterie pour professionnels.

L’entreprise doit porter ces modifications à la connaissance du Préfet avec tous les éléments d’appréciation.

Elle a demandé au Cabinet Lamy Environnement de l’accompagner dans cette démarche.

Outre la description des modifications apportées, notre mission a été d’analyser les impacts et dangers environnementaux liés aux évolutions récentes.

L’analyse des effets des modifications

Cette analyse a porté notamment sur :

Les rejets dans l’atmosphère.

Les rejets dans l’atmosphère proviennent à la fois de sources d’émissions de poussières canalisées dans les opérations de criblage et broyage et de sources d’émissions diffuses dues à la circulation des engins.

L’entreprise a diligenté des entreprises spécialiséespour effectuer des mesures (nature des composés, concentration, granulométrie…) des rejets canalisés et diffus. Une modélisation de la dispersion atmosphérique a été faite pour évaluer la dispersion des poussières en tenant compte des données météorologiques, des volumes et position des bâtiments, du relief environnant…

Les nuisances sonores générées notamment par les broyeurs et les chargeurs.

L’eau : volume utilisé et devenir des eaux du process de brumisation utilisé pour limiter la dispersion de poussières.

Le risque incendie.

La prise en compte du risque incendie : étude des flux thermiques

Compte tenu de la nature des matériaux stockés et traités sur le site, le risque incendie est l’un des principaux risques.

Afin de déterminer les distances d’effet d’un éventuel incendie dans la nouvelle configuration du site, nous avons réalisé une étude des flux thermiques.

Cette étude a été effectuée à l’aide du logiciel Flumilog, qui permet de modéliser l’évolution d’un incendie, depuis l’inflammation jusqu’à son extinction par épuisement du combustible.

Compte tenu de la multitude des matériaux combustibles présents sur le site et de la dispersion des zones de stockage, nous avons défini une méthodologie compatible avec les possibilités de l’outil Flumilog.

Nous avons donc, dans un premier temps, calculé les flux thermiques pour chaque matériau, en fonction de leur emplacement et de leurs caractéristiques. Puis, à partir de ces résultats, des calculs Flumilog complémentaires ont été faits pour tenir compte des effets dominos, c’est à dire du risque de propagation en chaîne d’un incendie, d’un matériau à l’autre.

 

Si vous aussi vous souhaitez être accompagné dans vos démarches ICPE, n’hésitez pas à nous contacter :

Pour en savoir plus, sur les démarches ICPE, vous pouvez également consulter notre site.

Références et actualités :