Développement Durable

Le rapport Bruntland (de la commission mondiale sur l’environnement et le développement) donne la définition du développement durable qui fait foi actuellement : « développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Plus précisément, le développement durable repose sur trois piliers : efficacité économique, équité sociale et sauvegarde de l’environnement. Sa mise en place repose sur une bonne gouvernance (participative, responsable et transparente).

Agriculture biologique

Mode de production agricole certifié (label AB en France), qui est une alternative à l’agriculture intensive, puisque rejetant l’utilisation d’engrais, de produits phytosanitaires et d’organismes de synthèse. Au contraire, sont mises en avant des pratiques comme l’agroforesterie, la rotation des cultures, la lutte biologique, l’utilisation d’engrais d’origine naturelle (fumier ou compost)… Celles-ci visent notamment à restaurer l’écosystème des sols agricoles et profiter ainsi des services écologiques qu’ils fournissent.
Un intermédiaire entre l’agriculture intensive et l’agriculture biologique est ce que l’on appelle l’agriculture raisonnée, qui n’est en revanche pas normalisée. Une variante de l’agriculture biologique est la biodynamie qui conçoit l’exploitation agricole comme un écosystème diversifié visant à son autonomie (limitation des intrants). Par ailleurs, le fonctionnement de l’exploitation doit se faire en accord avec les rythmes lunaires, planétaires et zodiacaux.

Circuits courts

Modes de distribution qui visent à réduire les intermédiaires entre le producteur et le consommateur. On peut citer notamment les systèmes de vente à la ferme, de marchés, d’AMAP… qui proposent donc des produits locaux et de saison. Cela permet en particulier le maintien d’une agriculture de proximité (proche des zones urbanisées).

Commerce équitable

Nouvelle organisation du commerce qui vise à réduire les intermédiaires entre les producteurs (des pays en développement) et les consommateurs (des pays développés), afin d’assurer aux paysans un revenu correct, grâce à un prix juste, lié à leurs coûts de production (et non pas au prix du marché). Les principes avancés sont ceux de l’égalité, de la transparence, du respect des droits de l’homme et de l’environnement. Il existe de très nombreuses organisations ayant mis en place de tels réseaux.

Compensation

Mécanisme qui vise à contrebalancer un impact, en particulier sur l’environnement. Il peut s’agir de compenser les émissions de Gaz à Effet de Serre (achat de crédits carbone qui permettent de financer des projets permettant de limiter l’augmentation de la concentration en GES dans l’atmosphère), la destruction d’un écosystème (création de zones humides ou de boisements par exemple)…

Ecoblanchiment (Greenwashing)

Moyen de marketing visant à donner à une entreprise une image écologique, respectueuse de l’environnement, alors que peu/ou pas de mesures ont été prises par l’entreprise en faveur de l’environnement.

Efficacité énergétique

Rapport entre ce qui a été utilisé et ce qui à été consommé, en termes d’énergie. Cela permet donc de mesurer les pertes énergétiques qui sont liées au fonctionnement de la machine.

Gouvernance

Dans son sens actuel, ce terme renvoie à un processus de prise de décision décentralisé, qui s’appuie sur la participation des acteurs en jeu (démocratie participative), mais aussi aux outils qui y sont liés en permettant l’information et la surveillance.

Parties prenantes

Ensemble des acteurs concernés par le fonctionnement d’une organisation, telle une entreprise, notamment sur le plan de la responsabilité sociétale. Leur participation permettant de mettre en place une concertation.

Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE)

Concept qui prend en compte l’ntégration des enjeux du développement durable dans le pilotage des entreprises, ce qui permet de prendre en compte leurs impacts, au niveau social et environnemental, lors de la prise de décisions. La stratégie devant s’intégrer dans un contexte plus global, au travers d’une concertation avec les parties prenantes. Lorsque de tels critères sont utilisés lors de la décision d’investissements, on parle alors d’Investissements Socialement Responsables (IRS).

Team Building

Processus visant à la construction d’un esprit d’équipe au sein d’une entreprise. Cela passe par des événements impliquant les employés au travers d’activités collectives et interactives, autour d’un thème central, comme peut l’être le développement durable.

Traçabilité

Information présente pour un produit et qui permet son suivi tout au long de sa vie. Ce procédé est notamment utilisé dans le cas de la gestion des risques sanitaires, mais s’étend à d’autres domaines comme les déchets ou l’origine des produits alimentaires (notion de produits locaux).

Tous ces principes sont pris en compte dans l’accompagnement que vous propose le Cabinet Lamy Environnement, au travers de la définition de votre stratégie développement durable ou de la mise en place de votre plan d’action.

Pour accéder au sommaire du glossaire et à l’ensemble des définitions.