Parution du guide sectoriel « Bilan Gaz à Effet de Serre des TNIC »

Le secteur des technologies numériques de l’information et de la communication (TNIC) est en première ligne dans la lutte contre le changement climatique : d’une part à cause de l’augmentation rapide des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) directes et indirectes qu’il génère, mais aussi parce que c’est un des secteurs où la réduction des émissions offre les pistes d’actions les plus prometteuses.

Les TNIC représentaient environ 13,5 % de la consommation électrique en France en 2008, soit 5 % des émissions françaises de GES. Un chiffre en augmentation puisque pour le moment l’augmentation de l’efficience énergétique de ces technologies ne compense pas leur extension très rapide. La consommation électrique des TIC augmente en moyenne de 10% par an.

La réduction des émissions de GES se traduisant par une diminution de la facture électrique, de plus en plus de grandes sociétés intègrent la problématique des émissions de GES des TNIC dans leur stratégie d’entreprise. Il ne faut cependant pas oublier que des analyses du cycle de vie (ACV) d’ordinateurs ont montré que la fabrication de celui-ci (très souvent en Chine) émet environ 70 fois plus de GES qu’un an d’utilisation en France.

A qui s’adresse le guide ?

C’est pour répondre aux besoins de ces entreprises que l’ADEME et le CIGREF1 ont réalisé le guide « Bilan Gaz à Effet de Serre des technologies numériques ». Ce guide s’adresse à la fois aux organisations utilisatrices de TNIC, aux hébergeurs d’applications, aux opérateurs de télécommunications et aux producteurs d’équipements et donne des cas d’étude pour chacun de ces types d’organisation.

Le guide aide à cerner le périmètre à prendre en compte conformément à la méthode Bilan Carbone®;, et précise les modes opératoires adaptés pour le recueil des données et l’évaluation des émissions. Il comporte notamment une base de données des facteurs d’émissions CO2 spécifiques aux TNIC, détaillant la source des informations et l’incertitude pour chaque facteur.
Des facteurs d’émissions et des leviers de réduction spécifiques aux TNICCette base de données est organisée en six thèmes, pour une utilisation plus facile : elle distingue ainsi les sources d’émissions des centres de données, celles des services réseaux & télécoms, et celles liées à l’environnement de travail utilisateur. Pour chacune de ces catégories, les facteurs d’émissions sont donnés, d’une part, pour la phase de fabrication, et d’autre part, pour la phase d’utilisation des équipements. Les trois autres thèmes comprennent les sources d’émissions d’origine humaine, les sources liées à la logistique, ainsi que celles provenant des services externalisés.

Enfin, des fiches actions proposent des leviers de réduction des émissions de GES, adaptés au secteur visé. Ces fiches touchent à la fois à la gestion énergétique des postes de travail, à l’adaptation des techniques managériales, à l’optimisation du stockage des données ou encore à la gestion des relations client-fournisseur. Les grandes entreprises peuvent donc développer une stratégie globale de réduction autour de ces différents thèmes.
Notre avisCe guide est un outil intéressant. Il est utile aussi bien aux grandes organisations gérant des Data Centers ou des parcs informatiques qu’aux bureaux d’études spécialistes du Bilan Carbone®;.

Les TNIC, tout comme les transports, ont un rôle majeur à jouer dans la lutte contre le changement climatique, parce qu’ils sont présents partout, et indispensables à notre vie quotidienne. Ainsi, en réduisant les émissions de leurs équipements, les opérateurs de télécommunications, producteurs d’équipements et autres acteurs des technologies numériques, participent également à la réduction des émissions directes et indirectes de chacun, puisque nous sommes tous utilisateurs de leurs produits et services.